PROJET DU DR MÉLÈZE HOCINI

 

Cartographie des sources et du substrat des arythmies cardiaques fibrillatoires dans l’oreillette gauche


Participants au projet : V. Maupoil, I. Findlay

Montant de la dotation Fondation Coeur & Recherche = 80 000€

La fibrillation des oreillettes affecte 1-2% de la population soit 6 millions de personnes en Europe. Cette affection est un véritable problème de Santé Publique car elle est associée à une augmentation de la mortalité et du risque de démence et constitue la cause principale des accidents vasculaires cérébraux emboliques. Des cartographies minutieuses par les équipes de Bordeaux ont montré la genèse et la perpétuation des fibrillations à partir de sources « étincelles » situées en dehors du cœur, dans les veines pulmonaires. La paroi vasculaire comporte des cellules cardiaques dont les potentiels sont extrêmement courts capables de générer des impulsions ultra-rapides (400 battements/minute). Cette activité électrique anormale se propage dans les oreillettes provoquant la fibrillation auriculaire en une fraction de seconde. La mise en évidence de ces sources a permis d’instaurer un traitement curatif basé sur l’exclusion ou la destruction des sources par thermoablation, seul traitement validé par les sociétés savantes internationales. Ce traitement est invasif (appliqué par des cathéters intracardiaques) et 200 000 personnes en bénéficient chaque année avec une progression constante des indications. Ce nombre est cependant très insuffisant en égard aux millions d’individus affectés et un traitement médicamenteux spécifique serait extrêmement souhaitable.

Les objectifs de ce projet sont :

  • de comprendre le mécanisme électrophysiologique des activités ectopiques dans les veines pulmonaires par l’enregistrement direct des potentiels d’action chez l’homme et l’animal ; Ce projet sans précédent dans la littérature s’appuiera sur des technologies uniques enregistrant les potentiels d’action monophasique et des cartographies optiques.
  • de mettre en évidence les phénomènes ioniques puis moléculaires à l’origine des troubles électriques dans le but de développer des médicaments ciblés.

Ce projet mené à Bordeaux et à Tours associera des experts reconnus dans l’arythmogénicité des veines pulmonaires sur les versants expérimentaux et cliniques.

Pour en savoir plus...

La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus fréquemment rencontré dans la pratique cardiologique quotidienne avec une prévalence qui augmente avec l’âge. Ses conséquences sont importantes en termes de mortalité et de pathologies secondaires (accidents vasculaires cérébraux, insuffisance cardiaque…) d’autant plus que cette arythmie est souvent réfractaire à la thérapeutique. C’est donc déjà un véritable problème de Santé Publique qui ne pourrait que s’amplifier dans les années à venir avec le vieillissement de la population.

Les veines pulmonaires (VPs) sont reconnues comme source de battements ectopiques pouvant déclencher une FA paroxystique, le premier stade de la maladie. En effet, les VPs possèdent une structure histologique complexe de par la présence d’un manchon de cellules musculaires cardiaques qui s’étend sur une plus ou moins grande distance selon les espèces. Le seul traitement efficace de la fibrillation auriculaire due à l’activation de foyers ectopiques dans les veines pulmonaires est l’isolement chirurgical de ces foyers. Le développement de traitements alternatifs, notamment pharmacologiques est freiné par l’absence de connaissance des mécanismes à l’origine de ces activités ectopiques.

Le but de ce projet est d’une part, la compréhension des mécanismes émanant de sources discrètes dans les veines pulmonaires et d’autre part, l’identification des altérations structurelles auriculaire favorisant le maintien de la fibrillation auriculaire, en utilisant 2 approches, l’une clinique et l’autre expérimentale.

Les objectifs sont :

  • évaluation de la dépolarisation et repolarisation tissulaire des fibrillations auriculaires par l’enregistrement des potentiels d’action monophasiques (MAP) dans les veines pulmonaires et le tissu auriculaire
  • évaluation de l’interaction électrique entre les veines pulmonaires et l’oreillette gauche
  • étude de l’effet de la stimulation alpha-adrénergique sur l’interaction de l’activité électrique entre les veines pulmonaires et l’oreillette gauche.

En ce qui concerne la méthodologie pour la partie clinique, un nouveau cathéter d’évaluation de la dépolarisation et de la repolarisation cardiaque (MAP4, Medtronic) a été développé pour permettre l’enregistrement de potentiels d’actions monophasiques plus facilement que les cathéters actuellement sur le marché et sera donc utilisé. Ces enregistrements seront couplés à un système de cartographie tridimensionnelle (NaVx) permettant d’avoir une cartographie de haute résolution en 3D.

Pour la partie expérimentale, la principale méthodologie mise en œuvre sera la réalisation de cartographies de l’activité électrique tissulaire grâce à une grille de 64 éléctrodes externes positionnées sur des préparations isolées de VPs, d’oreillette gauche, de l’ensemble VPs-oreillette gauche et enfin VPs-oreillettes gauche et droite de rat.

Ce projet constituera la 1ère étude :

  • pour évaluer la conduction électrique entre VPs et oreillettes et en particulier son anisotropie
  • pour évaluer la transmission d’une activité arythmique des VPs vers les oreillettes
  • pour tenter de développer une stratégie « d’isolement pharmacologique » des VPs en bloquant la conduction des VPs vers l’oreillette gauche.

Au final, l’ensemble des résultats pourrait permettre de définir des cibles potentielles permettant un « isolement électrique pharmacologique » des VPs en vue du développement de futurs traitements de la FA qui pourraient être plus spécifique des VPs.

Organisme gestionnaire